|  Articles   |  « La Cohue me permet de reprendre pied dans l’entreprise »

« La Cohue me permet de reprendre pied dans l’entreprise »

Rennaise depuis 35 ans, Anne est arrivée sur le quartier de Maurepas en décembre 2014. Après un DEUG de Lettres, elle enchaine les petits boulots et embrasse le métier de secrétaire dans une association puis dans un cabinet médical pendant six ans. Elle prend un congé parental pour élever son deuxième et troisième enfant.

Pour allier la garde de ses enfants et le travail, elle se reconvertit en nounou à domicile et obtient son agrément en novembre 2001. Quelques années plus tard, une maladie physique et la séparation avec son conjoint vont l’a mettent à l’épreuve de la vie.

Elle nous raconte sa rencontre avec La Cohue et ce qu’elle en retire.

Comment as-tu connu La Cohue ?

La Cohue – 200 avenue Général Patton – Maurepas

Par le bouche à oreille quand le projet était encore en réflexion. Je suis très engagée dans l’associatif et j’ai trouvé le projet génial ; le côté coopératif dans lequel tout le monde participe à reconstruire le quartier et tout le reste. Parce que j’avais le sentiment d’abandon du quartier et les habitants se sentaient impuissants face aux problèmes.

 » La Cohue c’est l’occasion de dire qu’il y a des gens qui ont envie et qui savent faire des choses et peuvent aider à reconstruire le quartier.« 

C’est n’est pas l’Etat qui fera tout, j’aime bien la responsabilité individuelle, l’engagement citoyen, chacun se prend en main aussi à son échelle. Les petits ruisseaux font les grandes rivières et on peut participer à notre niveau.

J’aime aussi beaucoup l’idée de proposer des missions salariées aux habitants. Ça permet de retrouver une dignité par le travail. Le travail c’est valorisant. Ça me touche beaucoup ce thème là en tant qu’handicapée. Je suis capable de faire, pas comme tout le monde mais je suis capable. En fait, c’est donner une chance aux gens.

Justement, peux-tu nous parler de ta mission ?

Mission de médiation – La Cohue

Depuis février 2020, Il s’agit de renseigner les gens, les aider à accéder aux commerces du Gast, sur ce qu’il se passe et ce qui va se passer en terme de travaux et donner un coup de main aux gens. Ce qui me plait c’est l’accueil, l’échange avec les gens et leur quotidien. Après le confinement, on était là aussi pour écouter les gens et papoter. Les gens me disaient : on a besoin de rire. Pour moi c’était important aussi. Et puis pour moi être dans le quartier c’est appréciable au niveau transport car c’est compliqué pour moi le transport.

« La Cohue me permet de reprendre pied dans l’entreprise (…)En fait, je me reconstruis en même temps que le quartier« 

Qu’est-ce que cette mission t’apporte ?

C’est quelque chose, une expérience que je savoure. Ce n’est pas juste une ligne de plus sur mon CV. Ça m’a fait beaucoup de bien d’y aller, de me rendre utile, de reprendre confiance en moi en mes compétences. Est-ce que je suis compétente, est-ce que je suis à ma place ? Ce sont des questions que je me pose de moins en moins. Je savais que j’avais des compétences de secrétaire, de nounou mais je ne savais pas que j’avais des compétences au niveau humain. Il fallait que je fasse le travail sur moi, me rassurer et repartir sur de bonnes bases. Je sais aujourd’hui que je peux retravailler en entreprise.

La Cohue me permet de reprendre pied dans l’entreprise mais dans une sorte de cocoon. L’ambiance est sympa. Les objectifs sont les mêmes qu’en entreprise. On est accompagné selon nos besoins et moi j’ai une expérience en entreprise où ce n’est pas évident du tout. Je ne me sentais pas prête à retourner dans le monde de l’entreprise, travailler avec des collègues, les responsabilités. Ma mission salariée à la Cohue sera un tremplin pour me dire que je peux le faire. Le handicap physique a été un échec en entreprise. Ça été très dur pour moi. En fait, je me reconstruis en même temps que le quartier.

Je conseille la Cohue à tout le monde. Les gens qui sont en quête de lien, de convivialité. Il y a ce côté avec un management très soft qui aide à partir du bon pied. Les contrats ponctuels me permettent de cumuler les 3 contrats et gérer ma semaine, m’organiser avec mon handicap et mes rendez-vous médicaux. Ça me correspond et je trouve intéressant de faire plusieurs choses, de varier et de voir des gens différents.

La cohue en 3 mots ?

Accueil, échange et chaleur humaine.

Temps d’échange à l’Agora de La Cohue

La Cohue

200 Av. Général George S. Patton
35700 Rennes

02 90 78 09 63
contact@la-cohue.fr